MICHEL SIMOND

Premier réseau national de conseil en cession et reprise de commerces et entreprises.

En savoir + sur nous

Trouver un cabinet

info@msimond.fr

0 825 08 11 08 : 0,15 € / min

Se connecter

Michel Simond
20/04/2020

16 fédérations du commerce jugent «insuffisantes» les annonces du gouvernement et des bailleurs sur les loyers. Ils ont annoncé l’annulation de 3 mois de loyers pour les TPE et des négociations gré à gré pour les autres entreprises et leurs bailleurs. Si les fédérations saluent une avancée pour les TPE, elles «dénoncent des mesures encore très largement insuffisantes et qui ne répondent pas au cri d’alarme lancé par l’ensemble des entreprises et des acteurs du commerce».

3 critiques majeures sont exposées face aux annonces :

   - La mesure ne doit pas être limitée aux TPE qui bénéficient du fonds de solidarité. Ce périmètre excessivement restreint est inacceptable au regard de l’ampleur de la crise. C’est l’ensemble des commerçants, petits, moyens et grands, quelle que soit leur taille qui sont aujourd’hui fermés et qui sont menacés dans leur survie. Face à la crise, les petits commerces ne sont pas les seuls à tenter de survivre, c’est tout l’écosystème qui est en danger. Où sont les soutiens apportés aux PME et ETI ?» ;
   - La mesure ne peut pas concerner uniquement les grandes foncières immobilières, principalement propriétaires de centres commerciaux. «Les centres des villes moyennes qui sont déjà très affectés par la dévitalisation commerciale seront les premiers à souffrir de la disparition du commerce», et les fédérations refusent d’abandonner les commerçants aux seules négociations avec les bailleurs ;
   - La mesure ne doit pas concerner uniquement la période de fermeture. «La solution passe par la prise en compte également de la période de reprise qui sera très progressive et donc risquée économiquement et socialement. Impossible pour un commerçant, quel qu’il soit, de payer un loyer normal dans une telle situation».

Les commerçants rappellent leurs demandes :

   - L’annulation des loyers pendant la période de fermeture ;
   - Leur indexation sur la réalité de l’activité dans les mois qui viennent à partir de leur réouverture.

«Les mesures annoncées par Bruno Le Maire et les bailleurs sont une première étape mais restent insuffisantes face à l’ampleur de la crise qui touche toutes les entreprises du secteur. C’est pourquoi nous appelons le gouvernement à aller plus loin et à étendre ce dispositif à tous les commerces, quelle que soit leur taille et la nature de leurs bailleurs», déclarent les auteurs du communiqué.