MICHEL SIMOND

Premier réseau national de conseil en cession et reprise de commerces et entreprises.

En savoir + sur nous

Trouver un cabinet

info@msimond.fr

0 825 08 11 08 : 0,15 € / min

Se connecter

Michel Simond
20/03/2017

Avant d’intégrer le réseau Michel Simond, quel métier exerciez-vous et dans quelle(s) circonstance(s) avez-vous rejoint le groupe MS ?

Avant d’intégrer le réseau, j’étais importateur de véhicules venant de l’Europe entière. J’exerçais ce métier en tant que mandataire indépendant. En 2008, une amie me parle de la reprise du cabinet de Grenoble. Curieux, je rencontre le directeur de cabinet, me rend avec lui sur le terrain et c’est comme ça que tout a commencé. 

Pourriez-vous nous dresser en quelques mots votre parcours depuis votre intégration chez Michel Simond ? 

De 2008 à 2011, j’ai été consultant du cabinet de Grenoble. Puis j’ai intégré le cabinet de Bordeaux car il proposait de belles perspectives de développement et ma femme étant bordelaise, nous souhaitions nous installer dans la région. Concernant mon secteur, je suis surtout spécialisé en CHR, tabac-presse-loto, bar tabac.


Quel est le secret d’un « bon consultant » MS selon vous ?

Il faut avoir une importante force de caractère. Avant d’avoir la réalisation définitive, il y a un travail de fond qui est important, il ne faut jamais se décourager. Même si on a une mauvaise passe, ce qui peut arriver à tout le monde, il faut toujours se battre car c’est un métier non linéaire où il faut être persévérant. Je pense qu’il faut aussi être à la disponibilité du client. J’ai déjà fait des visites le dimanche et je le referai sans hésitation. Les personnes qui viennent en congés 15 jours pour visiter la région n’ont pas forcément des plages horaires en adéquation avec les nôtres mais il faut savoir être flexible et au service du client. 


Que vous apporte le réseau Michel Simond au quotidien pour vous aider dans votre métier ? 

Nous disposons d’un excellent outil CRM. J’ai connu le CRM de 2008 et ça n’a rien à voir, il est beaucoup plus performant et nous permet notamment de faire des dossiers d’acquéreurs personnalisés qui nous sert de document de base pour tout acquéreur qui veut faire évaluer la faisabilité de l’affaire. Je pense qu’on se démarque vraiment de la concurrence sur ce point. 
En 2008, la franchise Michel Simond c’était surtout un nom, nous n’avions aucun lien avec les autres cabinets. Depuis que la nouvelle équipe est en place (ndlr : 2015), il y a un relationnel réseau bien plus important. C’est très intéressant de savoir ce qui se passe ailleurs et d'accroître l’esprit réseau.


Qu’est-ce qui vous a attiré dans le métier de consultant en transaction de commerces et d’entreprises ? Et qu’est-ce-qui vous a poussé à rejoindre un cabinet MS ?

Je ne connaissais pas le métier de consultant avant de démarrer. Mais c’est l’autonomie et la diversité qui m’ont attiré. Nous avons des interlocuteurs très différents (notaires, experts comptables, avocats, banquiers…) ce qui est très enrichissant. Je trouve que le métier s’est énormément étoffé par exemple au niveau des normes DBE-handicapés-hygiène, etc. Elles sont beaucoup plus présentes qu’elles ne l’étaient il y a 8 ans. C’est un métier challengeant où on ne cesse d’apprendre.


A ce jour, quelle est l’affaire qui vous a le plus marqué ? 

Il y a quelques temps, j’ai pris le mandat d’une épicerie Vival le mercredi et j’ai vendu l’affaire le samedi. C’était dans le cadre d’un départ en retraite. Nous avons fait la visite le samedi avec les acquéreurs, et avons tous mangé au restaurant. Ils ont signé l’offre d’achat entre le dessert et le café. Ce n’est pas une affaire hors-normes mais l’anecdote est plutôt sympa et puis cela n’arrive pas souvent vous vous en doutez.