MICHEL SIMOND

Premier réseau national de conseil en cession et reprise de commerces et entreprises.

En savoir + sur nous

Trouver un cabinet

info@msimond.fr

0 825 08 11 08 : 0,15 € / min

Michel Simond MSD
17/04/2013

Le Salon "Sandwich & Snack Show" se veut un dénicheur de tendances. L’édition 2013 des 20 et 21 mars à Paris-Porte de Versailles a mis en évidence plusieurs éléments importants.

4 mouvements majeurs ont été décelés cette année :
- une demande de produits dont l’origine et la qualité sont « prouvées » (par des labels par exemple)
- une approche « premium » avec association de saveurs recherchées ou design élaboré
- une quête de solutions repas ludiques et bon marché et enfin
- un besoin de produits permettant de grignoter « sain ».

En parallèle, la « street food », qui n’est rien de plus qu'une consommation nomade en marchant, est plus que jamais d’actualité.

Mais l’information la plus marquante est l'incroyable engouement pour la « Vente au comptoir » avec comme produit phare le sandwich, qui affiche un succès insolent avec 2,105 milliards d’unités vendues en 2012, pour un chiffre d’affaires global de 7 milliards d’euros (+ 6,27 % en 2012 vs 2011).
Le prix moyen d’un sandwich s’élève à 3,34 €, marquant une hausse de 2,14 % par rapport à 2011.

Ces données sont pleines d’espoir pour les artisans boulangers, qui ont déjà réussi un tour de force : réaliser presque 11 % de progression sur les ventes de sandwichs entre 2008 et 2012.

Aujourd'hui, trois modèles de vente ressortent :
- le "minute" qui consiste à préparer au dernier moment et devant le client
- le "sur-mesure", c'est le consommateur qui choisit une base et l’agrémente
- le "prêt-à-manger", il s'agit d'une offre prête à consommer, c'est l'offre qui est économiquement la plus viable pour le professionnel

Les deux critères qui priment dans la vente à emporter sont :
- le temps
- le budget

Ces dernières années, les repas ont vu leur durée se réduire de manière spectaculaire. Cependant, il semblerait qu'aujourd'hui cette chute s’arrête, comme si les consommateurs estimaient qu’il faut quand même prendre le temps de manger, équilibré et de manière plus structurée. Le budget consacré devrait logiquement suivre ce raisonnement.

Pour lire l’intégralité de cet article, cliquez ici